Les Transbordeuses d'oranges

Le transbordement :

Il naquit de la différence d’écartement des voies entre la France et l’Espagne. Toutes les marchandises devaient être manutentionnées pour  passer du wagon en provenance d’Espagne dans un autre wagon français disposé en vis  à vis. Les femmes employées par différents bureaux de transit exécutaient cette tâche fastidieuse. Il fallait cinq personnes  pour transborder un wagon : 3 remplisseuses et 2 videuses. Les paniers qu’elles utilisaient pour transborder les oranges pesaient jusqu’à 20 kg.

Pour mener à bien ce travail,  des responsables,  dites « moussenyes » en catalan, se chargeaient  de faire monter les équipes sur  le chantier en fonction du travail à fournir et veillaient à la bonne marche des diverses  tâches réalisées. Pour cela, elles fixaient un foulard à leur balcon pour avertir les équipes que le travail les attendait.

En 1930, l’activité connaît un grand boum. Il sera transbordé jusqu’à 1 million de tonnes d’agrumes. Les affaires sont alors florissantes.
 

En 1906 eut lieu la première grève  féminine connue : celles des transbordeuses. Leurs revendications ayant  été rejetées par les agents en douane, elles se mirent en grève le 26 février. M. le Maire convoqua dans la soirée de ce même jour la commission nommée par les agents en douane et au terme de la réunion, à l’unanimité,  il leur fut donné satisfaction.
 

Ce travail, typique de Cerbère, participait au bien-être économique de nombreuses familles du village, il perdura des décennies, jusqu’à ce que le changement d’essieux d’une part et l’essor du trafic routier d’autre part, mettent fin au transbordement dans les années 60.
 




Les Transbordeuses d'oranges
Les Transbordeuses d'oranges
Les Transbordeuses d'oranges
Les Transbordeuses d'oranges
Les Transbordeuses d'oranges
Les Transbordeuses d'oranges